Edito 
 
 
 
 

Nantua

 

 

Béatification du Pape Jean-Paul II – Dimanche de la Miséricorde

Écoutons monseigneur de Montléon, évêque de Meaux, nous parler de Jean-Paul II Apôtre de la Miséricorde.

« Dans son homélie pour le troisième anniversaire de la mort de Jean-Paul II (2 avril 2008), Benoît XVI déclarait : "La Miséricorde de Dieu - Jean-Paul II l’a dit lui-même - est la clé de lecture privilégiée de son pontificat."

Lorsque, dans son ouvrage Mémoire et identité (Flammarion, 2005), Jean-Paul II jette un regard en arrière sur son expérience pastorale en Pologne au sortir de la guerre et tout spécialement à Cracovie, il se réfère immédiatement à sainte Faustine Kowalska et à ses révélations centrées sur le mystère de la Divine Miséricorde (cf. p. 16-17). Confronté aux idéologies du mal que furent le nazisme et le communisme, Karol Wojtyla comprend que "l’unique vérité capable de contrebalancer le mal de ces idéologies est le fait que Dieu est Miséricorde - c’était la vérité du Christ miséricordieux. C’est pour cela que, lorsque je fus appelé sur le Siège de Pierre, j’ai ressenti fortement la nécessité de transmettre les expériences faites dans mon pays natal, mais appartenant au trésor de l’Eglise universelle" (p. 17).

Depuis l’encyclique Dieu riche en Miséricorde (1980) Jean-Paul II est revenu sans cesse sur la miséricorde comme espérance pour notre temps. Dans son dernier message pour le dimanche de la miséricorde il disait : "Combien l’humanité a besoin de ressentir l’efficacité de la miséricorde de Dieu en ces temps marqués par une incertitude croissante et de violents conflits " (18 avril 2004).

Jean-Paul II, homme de miséricorde

Jean-Paul II était lui-même d’abord et avant tout un homme de miséricorde tout en ne transigeant pas sur la vérité et la justice. Son attitude, notamment dans ses voyages apostoliques, à l’égard des personnes fragilisées par la vie, enfants, personnes malades ou handicapées, pauvres des favella, ne trompe pas sur sa profonde compassion pour toute souffrance. De même, son pardon au tueur Ali Agça et la visite qu’il lui rendit, dans sa cellule, témoignent de la force et du courage de la miséricorde, qui l’habitèrent. Mais qu’est donc, pour Jean-Paul II, la miséricorde, cette miséricorde dont saint Augustin dit qu’elle est "une compassion du cœur (cor en latin) pour la misère d’autrui qui nous pousse à le secourir, si nous le pouvons" ? Elle est la force de la vérité et de l’amour qui s’oppose au mal et cherche à le vaincre par le bien (cf. Romains 12, 17.21). La miséricorde n’est, en aucun cas, un laisser faire devant l’injustice ou la violence et encore moins une vague compassion sentimentale devant la souffrance ou la blessure d’autrui. Ce n’est pas vivre, disait Benoît XVI, "comme si le bien et le mal était égaux sous prétexte que Dieu ne peut être que miséricordieux. Ce serait là une tromperie" (Audience du 12 novembre 2008). Pour Jean-Paul II, " La miséricorde est nécessaire pour faire en sorte que chaque injustice du monde trouve son terme dans la splendeur de la vérité " (Lagiewniki, 17 août 2002).

C’est pourquoi nous ne devons pas avoir peur du mot miséricorde. "Si, parfois, l’homme contemporain n’a pas le courage de prononcer le mot "miséricorde", ou si, dans sa conscience dépouillée de tout sens religieux, il n’en trouve pas l’équivalent, il est d’autant plus nécessaire que l’Eglise prononce ce mot, pas seulement en son propre nom, mais aussi au nom de tous les hommes de notre temps " (Dieu riche en miséricorde, 15).

En œuvrant pour la miséricorde, l’homme participe à cette limite que Dieu impose au mal selon la puissante expression de Jean-Paul II : "La limite imposée au mal, dont l’homme est l’auteur et la victime, est en définitive la Divine Miséricorde." (Mémoire et identité, p.71) Même si, précise-t-il dans Dieu riche en miséricorde, "c’est lors du renouvellement définitif du monde, qu’en tous les élus, l’amour vaincra le mal en ses sources les plus profondes."

Attitude qui incite à l’indulgence et au pardon. (8)

Source et texte complet sur le site de la conférence des évêques de France : http://www.eglise.catholique.fr/acc...


Dans la même rubrique :
- L’Eucharistie doit vraiment toucher notre existence et notre coeur
- Dimanche de la Santé : Sur un chemin de confiance…
- Sainte Famille de Nazareth...
- Le témoignage des religieux cloîtrés
- La Fraternité Magnificat
- Prière pour la famille
- Acte de Consécration à Marie
- Prière pour la mission
- Faire l’expérience de la tendresse de Dieu
- « J’ai soif de toi… », nous dit Jésus


Imprimer l'article
 

 

  Webmaster
Accès administration
Mentions légales
Evêché de Belley-Ars
31, rue Docteur Nodet - BP 154 - 01004 - Bourg-en-Bresse Cedex - n° tel évêché 04 74 32 86 32
Conception-Réalisation DSFI SARL