Edito 
 
 
 
 

Ars sur Formans

 

 

LETTRE À DIOGNÈTE

Voici quelques extraits de la lettre d’un auteur chrétien inconnu de la fin du 2ème siècle. Au-delà de certaines expressions stoïciennes, elle peut éclairer notre réflexion.


LETTRE À DIOGNÈTE
Les chrétiens dans le monde

Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n’emploient pas quelque dialecte extraordinaire, leur genre de vie n’a rien de singulier. Leur doctrine n’a pas été découverte par l’imagination ou par les rêveries d’esprits inquiets ; ils ne se font pas, comme tant d’autres, les champions d’une doctrine d’origine humaine.

Ils habitent les cités grecques et les cités barbares suivant le destin de chacun ; ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste de l’existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre. Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens, et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants, mais ils n’abandonnent pas leurs nouveau-nés. Ils prennent place à une table commune, mais qui n’est pas une table ordinaire […]

En un mot, ce que l’âme est dans le corps, les chrétiens le sont dans le monde. L’âme est répandue dans tous les membres du corps comme les chrétiens dans les cités du monde. L’âme habite dans le corps, et pourtant elle n’appartient pas au corps, comme les chrétiens habitent dans le monde, mais n’appartiennent pas au monde. L’âme invisible est retenue prisonnière dans le corps visible ; ainsi les chrétiens : on les voit vivre dans le monde, mais le culte qu’ils rendent à Dieu demeure invisible. La chair déteste l’âme et lui fait la guerre, sans que celle-ci lui ait fait de tord, mais parce qu’elle l’empêche de jouir des plaisirs ; de même le monde déteste les chrétiens, sans que ceux-ci lui aient fait de tord, mais parce qu’ils s’opposent à ses plaisirs.

L’âme aime cette chair qui la déteste, ainsi que ses membres, comme les chrétiens aiment ceux qui les détestent. L’âme est enfermée dans le corps, mais c’est elle qui maintient le corps ; et les chrétiens sont comme détenus dans la prison du monde, mais c’est eux qui maintiennent le monde. L’âme immortelle campe dans une tente mortelle : ainsi les chrétiens campent-ils dans le monde corruptible, en attendant l’incorruptibilité du ciel. L’âme devient meilleure en se mortifiant par la faim et la soif ; et les chrétiens, persécutés, se multiplient de jour en jour. Le poste que Dieu leur a fixé est si beau qu’il ne leur est pas permis de le déserter.


Dans la même rubrique :
- « L’ESPRIT SAINT MAÎTRE D’ŒUVRE de la FOI PASCALE »
- « Ô CROIX, notre UNIQUE ESPERANCE »
- « Si tu avais été là »
- LA FOI et le BIEN COMMUN
- « Il s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté » (2 Co 8,9)
- « Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu »
- « Nous parlions du Bon Dieu »
- Notre Dame de la Périphérie
- LE MONUMENT DE LA RENCONTRE
- « Mes yeux ont vu ton salut »


Imprimer l'article
 

 

  Webmaster
Accès administration
Mentions légales
Evêché de Belley-Ars
31, rue Docteur Nodet - BP 154 - 01004 - Bourg-en-Bresse Cedex - n° tel évêché 04 74 32 86 32
Conception-Réalisation DSFI SARL