Edito 
 
 

Pont d’Ain

 

 

Paroisse de VARAMBON

Eglise Ste Madeleine

Présentation

A 2 km au Sud Ouest de Pont d’Ain, Varambon (799 hectares et 541 habitants) se mire dans les eaux de la rivière d’Ain. Le village, crée sans doute vers l’an 1000, se situe au pied de la Côtière des Dombes, protégé à l’Est par la rivière, là où précisément se jette le Suran et dominé à l’Ouest par le château de la famille De Boissieu.
Autrefois essentiellement agricole, Varambon et ses trois hameaux connurent une activité certaine grâce aux briqueteries - tuileries (la dernière a fermé ses portes en 1985).



Historique de l’église

Une chapelle construite vers 1350 sous le vocable de Ste Anne par Guy de la Palud, devient en 1444 collégiale relevant directement du Saint Siège.
Le chapitre de Varambon comptait à l’origine douze chanoines et six enfants de choeur. Il se maintiendra jusqu’à la Révolution où il sera dissout. Les chanoines, logés tout d’abord au centre du village, s’installeront plus tard au doyenné construit à côté de l’église sur les ruines des anciens remparts (un cartouche sur la porte d’entrée indique la date de sa construction : 1769).
A partir de 1756, Jean-François Balland d’Augustebourg, nouveau propriétaire du marquisat de Varambon et son épouse, consacreront des sommes d’argent considérables à l’embellissement de l’église et feront procéder à de nombreux travaux de rénovation.
Ainsi, la tour Ouest qui était accolée à l’église, sera démolie pour ouvrir un porche monumental. Un élégant degré circulaire lui fera face, un nouveau clocher abritera un carillon de plusieurs cloches.
Sur la façade de 1770 on peut voir sur l’imposte, dans une guirlande de feuillages et de fleurs, un groupe sculpté de signes emblématiques, croix, missels, étoles, surmonté d’un marbre brun portant en caractères dorés l’inscription tirée de l’ancien testament : « Quis ego sum ut possim aedificare domum » (Quel homme suis-je pour édifier au Seigneur sa maison ?).
A l’intérieur, sur la clé de voûte de la deuxième travée, on peut voir les armes de la famille La Palud.

De belles boiseries ornent l’église : deux bancs seigneuriaux se font face. Des lambris hauts de quatre mètres couvrent les parois. Certains sont sculptés et évoquent la famille Balland. Douze stalles réservées aux membres du chapitre, garnissent le rond-point du sanctuaire. A voir également :
— le maître-autel fait d’un assemblage de différents marbres
— les fonds baptismaux à huit côtés, encastrés dans le mur, dont seules cinq faces sont visibles.

Aujourd’hui, cette église est dédiée à Sainte Madeleine probablement en hommage à celle érigée au 12éme siècle au hameau de « la Madeleine » et qui a été rasée en 1793.


Dans la même rubrique :
- Paroisse de Priay
- Paroisse de Neuville sur Ain
- La Tranclière, paroisse de St Martin du Mont
- Paroisse de Saint Martin du mont
- Paroisse de Pont d’Ain


Imprimer l'article
 

 

  Webmaster
Accès administration
Mentions légales
Evêché de Belley-Ars
31, rue Docteur Nodet - BP 154 - 01004 - Bourg-en-Bresse Cedex - n° tel évêché 04 74 32 86 32
Conception-Réalisation DSFI SARL