Edito 
 
 

Montmerle

 

 

Saint Sébastien : le patron des archers

Homélie du Père Olivier Bérend pour la messe de la fête de la Compagnie des Archers Montmerlois.


La vie de saint Sébastien.

Saint Sébastien naît aux alentours de l’année 260 à Narbonne, d’un noble du pays et d’une dame de Milan, tous deux fervents chrétiens. Peu après, les parents de Sébastien s’installent à Milan où est donc élevé celui-ci.

Lorsqu’il atteint l’âge adulte, la 9ème persécution envers les chrétiens éclate à Rome. C’est donc vers Rome que se dirige Sébastien afin de mettre sa foi à l’épreuve. Bien que n’ayant aucune attirance pour le métier des armes, il s’engage dans l’armée afin d’avoir les mouvements plus libres et des entrées faciles, ce qui lui permet de venir plus aisément en aide aux chrétiens martyrisés.

Dans le même temps, il est remarqué par l’empereur Dioclétien qui le prend en amitié et le nomme capitaine d’un détachement de sa garde. La foi profonde de Sébastien lui permet de réaliser plusieurs guérisons miraculeuses : Zoé, femme de Nicostrate, était muette depuis 6 ans ; l’application de la Croix sur les lèvres lui rend la parole ; Chromace, préfet de Rome, souffrait des atteintes de la goutte ; Sébastien le guérit et le baptise, lui et toute sa famille. Environ 1400 soldats suivent alors son exemple.

En 288, Dioclétien lui reproche sa conduite et tente de le persuader d’abjurer sa foi, Sébastien refuse. Dioclétien ordonne alors aux soldats Mauritaniens - habiles à l’Arc - qu’il commandait de se saisir de lui et de le mettre à mort. Il est alors lié à un arbre (ou une colonne) et ses archers lui tirent dessus puis le laissent pour mort. C’est alors qu’une femme du nom d’Irène, veuve du saint martyr Catule, venant pour donner une sépulture à saint Sébastien, s’aperçoit qu’il respire ; il est vivant ! (Certains pensent que ses hommes, en raison de l’affection qu’ils avaient pour lui, évitèrent soigneusement de toucher un organe vital)

Transporté chez Irène, celui-ci guérit promptement et se rend devant l’empereur afin de lui reprocher sa conduite et son incroyance. Celui-ci le fait alors assommer à coup de massue et ordonne que l’on jette son corps dans les égouts de Rome, cela se passe le 20 janvier. Mais une chrétienne du nom de Lucine le trouve et le fait enterrer, une église sera construite sur son tombeau.

"Le culte de saint Sébastien"

Initialement, saint Sébastien était un saint fondateur ; c’est au 7ème siècle qu’il devient un saint guérisseur ; en 680, il est invoqué pour délivrer Rome d’une grande peste et garde un rôle protecteur au Moyen-Âge ; au 14ème siècle, plus du tiers de la population disparaît à cause d’une grande épidémie de peste noire.

Saint Sébastien est le patron des archers et en 825, sous le règne de Charles le Chauve, le Pape Eugène II confie aux archers le transfert des reliques du saint dans l’abbaye royale de saint Médard, à Soisson. Saint Sébastien est également le patron des marchands de ferraille et des confréries de charité.

"La saint Sébastien - Les chevaliers de saint Sébastien"

La fête de saint Sébastien
Tous les ans, aux alentours du 20 janvier, les compagnies de tir à l’arc fêtent la saint Sébastien.

Les chevaliers de saint Sébastien
Les compagnies d’arc, qui jouèrent un rôle important dans la lutte contre l’envahisseur anglais, furent très nombreuses en Picardie, Champagne et dans le Nord, et toujours doublées de confréries religieuses très respectées ; plusieurs Roi de France en furent membres : Henri II, François II, Charles IX, ... Leur importance décrut peu à peu pour disparaître à la révolution, les compagnies étant dissoutes en 1790. Néanmoins celles-ci renaquirent une fois les événements calmés.

Quant à la confrérie de saint Sébastien, si tous les tireurs du début de ce siècle en faisait partie, seuls quelques tireurs peuvent aujourd’hui se targuer du titre de chevalier de saint Sébastien, un tireur n’étant admis que s’il fait preuve de qualités importantes de probité et de courtoisie.


Dans la même rubrique :
- En attente d’article...
- SAINT VALENTIN
- SAINTE ANNEE 2011
- Testament spirituel de Christian de Chergé « Quand un à-Dieu s’envisage... »
- PREMIER ANNIVERSAIRE !
- « Mon Eglise, je l’aime…je donne au Denier ! »
- Fête de la Saint Valentin
- L’ÂNE.
- Dieu veut vivre parmi nous
- Préparez le chemin du Seigneur !


Imprimer l'article
 

 

  Webmaster
Accès administration
Mentions légales
Evêché de Belley-Ars
31, rue Docteur Nodet - BP 154 - 01004 - Bourg-en-Bresse Cedex - n° tel évêché 04 74 32 86 32
Conception-Réalisation DSFI SARL