Edito 
 
 
 
 

Ars sur Formans

 

 

TEMPS PASCAL, TEMPS DE LA JOIE

Depuis la grande NUIT de PAQUES a éclaté le chant de l’ALLELUIA et ce chant résonnera amplement dans nos cœurs jusqu la fête de la PENTECOTE.

Je viens de découvrir avec un certain retard le message que le Pape BENOIT XVI adresse aux jeunes à l’occasion de la 27ème Journée Mondiale de la Jeunesse qui est vécue dans les diocèses le Dimanche des Rameaux. C’est un texte sur la JOIE « Soyez toujours dans la joie du Seigneur ! »

Après de trop longues semaines alourdies par des discours, des débats ressassant continuellement des chiffres économiques et souvent émaillés d’invectives peu distinguées, on a plaisir à respirer en parcourant ce texte sur la joie. Certains penseront qu’il est bien utopique de parler ainsi à des jeunes. Je persiste à croire et à dire que le Pape a raison de leur parler ainsi. Et ce qu’il dit aux jeunes, a valeur pour les moins jeunes. Oh ! Combien !

Voici donc quelques extraits de ce message.
« La joie est un élément central de l’expérience chrétienne…et nous voyons combien la joie attire fortement : dans un monde souvent marqué par la tristesse et les inquiétudes, la joie est un témoignage important de la beauté de la foi chrétienne et du fait qu’elle est digne de confiance ».
« Notre cœur est fait pour la joie. L’aspiration à la joie est imprimée dans le cœur de l’homme. Au-delà des satisfactions immédiates et passagères, notre cœur cherche la joie profonde, parfaite et durable qui puisse donner du goût à l’existence… »
« Chaque jour, nombreuses sont les joies simples que le Seigneur nous offre : la joie de vivre, la joie face à la beauté de la nature, la joie du travail bien fait, la joie du service, la joie de l’amour sincère et pur. Et si nous y sommes attentifs, il y a de nombreux autres motifs de nous réjouir : les bons moments de la vie en famille, l’amitié partagée, la découverte de ses capacités personnelles et ses propres réussites, les compliments reçus des autres, la capacité de s’exprimer et de se sentir compris, le sentiment d’être utile à d’autres. Il y a aussi l’acquisition de nouvelles connaissances que nous faisons par les études, la découverte de nouvelles dimensions par des voyages et des rencontres, la capacité de faire des projets pour l’avenir. Mais également lire une œuvre de littérature, admirer un chef d’œuvre artistique, écouter ou jouer de la musique, regarder un film, tout cela peut produire en nous de réelles joies.
« Chaque jour, pourtant, nous nous heurtons à tant de difficultés et notre cœur est tellement rempli d’inquiétudes pour l’avenir, qu’il nous arrive de nous demander si la joie pleine et permanente à laquelle nous aspirons n’est pas une illusion et une fuite de la réalité. De nombreux jeunes s’interrogent : aujourd’hui la joie parfaite est-elle vraiment possible ? Et ils la recherchent de différentes façons, parfois sur des voies qui se révèlent erronées, ou du moins dangereuses. Comment distinguer les joies réellement durables des plaisirs immédiats et trompeurs ? Comment trouver la vraie joie dans la vie, celle qui dure et ne nous abandonne pas, même dans les moments difficiles ?


Dieu est la source de la vraie joie
En réalité, les joies authentiques, que ce soient les petites joies du quotidien comme les grandes joies de la vie, toutes trouvent leur source en Dieu, même si cela ne nous apparaît pas immédiatement. La raison en est que Dieu est une communion d’amour éternel, qu’il est joie infinie qui n’est pas renfermée sur elle-même mais qui se propage en ceux qu’il aime et qui l’aiment. Dieu nous a créés par amour à son image afin de nous aimer et de nous combler de sa présence et de sa grâce. Dieu veut nous faire participer à sa propre joie, divine et éternelle, en nous faisant découvrir que la valeur et le sens profond de notre vie réside dans le fait d’être accepté, accueilli et aimé de Lui, non par un accueil fragile comme peut l’être l’accueil humain, mais par un accueil inconditionnel comme est l’accueil divin : je suis voulu, j’ai ma place dans le monde et dans l’histoire, je suis aimé personnellement par Dieu. Et si Dieu m’accepte, s’il m’aime et que j’en suis certain, je sais de manière sûre et certaine qu’il est bon que je sois là et que j’existe.
C’est en Jésus-Christ que se manifeste le plus clairement l’amour infini de Dieu pour chacun… La première cause de notre joie est la proximité du Seigneur…
En réalité une grande joie intérieure naît toujours de la rencontre avec Jésus. Nous le remarquons dans de nombreux épisodes des Evangiles. Voyons par exemple la visite que Jésus fit à Zachée, un collecteur d’impôt malhonnête, un pécheur public auquel Jésus déclare ‘il me faut aujourd’hui demeure chez toi’. Et Zachée, comme saint Luc le précise, « le reçut avec joie » (Lc 19,5-6). C’est la joie d’avoir rencontré le Seigneur, de sentir l’amour de Dieu qui peut transformer toute l’existence et apporter le salut. Zachée décide alors de changer de vie et de donner la moitié de ses biens aux pauvres ».


Benoît XVI (à suivre)


Dans la même rubrique :
- « L’ESPRIT SAINT MAÎTRE D’ŒUVRE de la FOI PASCALE »
- « Ô CROIX, notre UNIQUE ESPERANCE »
- « Si tu avais été là »
- LA FOI et le BIEN COMMUN
- « Il s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté » (2 Co 8,9)
- « Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu »
- « Nous parlions du Bon Dieu »
- Notre Dame de la Périphérie
- LE MONUMENT DE LA RENCONTRE
- « Mes yeux ont vu ton salut »


Imprimer l'article
 

 

  Webmaster
Accès administration
Mentions légales
Evêché de Belley-Ars
31, rue Docteur Nodet - BP 154 - 01004 - Bourg-en-Bresse Cedex - n° tel évêché 04 74 32 86 32
Conception-Réalisation DSFI SARL